Athénée Emile Bockstael

Le projet démarre en 2015 avec une conférence présentant la pleine conscience dans l’éducation, lors de laquelle 6 professeurs engagés décident de se lacer dans l’aventure et d’introduire un projet pilote dans leur école.

Nous avons commencé par former ces 6 professeurs pour qu’ils fassent l’expérience de la pleine conscience avant de faire les cycles dans 4 classes de premières secondaires.

L’année scolaire suivante, les enseignants ont continuer à se former et nous avons organiser des cycles dans les 8 classes de premières.

L’intention de ces enseignants en amenant un projet de pleine conscience dans leur école, n’était pas comme on pourrait s’y attendre d’améliorer le calme en classe ou d’augmenter la concentration des élèves mais bien le souhait d’avoir moins de conflits, plus de respect les uns vis à vis des autres, des relations plus paisibles, un mieux-vivre ensemble.

Comme le témoigne Grégory tilleul, professeur de français: “mon intention en pratiquant la pleine conscience et de développer ma bienveillance vis à vis de mes élèves, et je constate que comme je suis bienveillant avec eux, ils sont plus bienveillants entre eux. Ce qui est étonnant c’est qu’ils sont ainsi avec moi mais pas forcément avec mes collègues.”

Sabine Verhest, journaliste à La Libre Belgique, est venue assister à une des séances en classe.

Voici le lien vers son article.